Sélénium et vitamine E : les inséparables !

Sélénium et vitamine E : les inséparables !
Partager, imprimer cet article :
Par
Publié le
Pour lutter contre les radicaux libres, il est important d’assurer des taux optimaux de sélénium et de vitamine E.

Lors de l’activité cellulaire, des molécules appelées « radicaux libres » se forment et peuvent endommager l’ADN présent dans les cellules, l’une des premiè­res causes de vieillissement de l’organisme. Heureusement, leurs effets délétères sont neutralisés par des anti­oxydants naturels, dont le sélénium et la vitamine E (tocophérol). Ceux-ci entrent dans la structure de plusieurs enzymes, notamment de la glutathion peroxydase, dont la mission est de piéger les radicaux libres. Leurs actions sont complémentaires, et leur apport en quantité suffisante assure une bonne protection des défenses immunitaires tout en intervenant dans la prévention des maladies cardiovasculaires (hypertension artérielle, accident vasculaire cérébral, coronaropathie). Ils ont en outre des effets prometteurs sur les pathologies liées au vieillissement comme les affections rhumatismales (arthrose), les troubles cognitifs et les maladies neurologiques dégénératives (sclérose en plaques, Alzheimer, Parkinson, etc.), et l’acuité visuelle (dégénérescence maculaire liée à l’âge, cataracte). Ce duo permet aussi de lutter contre le vieillissement cutané en protégeant les fibres de collagène et d’élastine du stress oxydatif. Toutefois, leur impact sur l’apparition ou l’évo­lution de cancers, en particulier de la prostate, n’est pas démontré.

Carences et excès

Une alimentation variée assurant un apport suffisant en sélénium et en vitamine E, les carences sont rares. L’apport journalier conseillé en sélénium est de 70 µg, sans dépasser 400 µg chez l’adulte et 280 µg chez l’adolescent. Côté vitamine E, on préconise 15 mg par jour chez l’adulte, 20 à 50 mg chez la personne âgée.

Points de vigilance : la vitamine E ayant des propriétés anticoagulantes, toute supplémentation non justifiée expose à des risques de saignements. Un excès de sélénium peut, quant à lui, entraîner une perte de cheveux et des ongles, ainsi qu’un dérèglement de la thyroïde. Par conséquent, l’utilisation de cet oligo­élément chez les personnes présentant un goitre, qui correspond à une augmen­tation du volume de la glande thyroïde, est contre-indiquée.

Les sources alimentaires

Le sélénium est apporté par les noix du Brésil, les céréales complètes, les fruits de mer et le poisson, la viande, les abats, les œufs, les fruits et légumes secs, etc.

La vitamine E, liposoluble, se trouve dans les huiles végétales, le germe de blé, les œufs, la margarine, les légumes verts (choux, épinards, etc.), les fruits à coque (amandes, noix, etc.) et les céréales complètes, notamment.